Les refuges d'abbayes

Sous l'ancien régime, les abbayes possédaient parfois loin de leur siège des maisons dites "refuges", situées dans les villes. Les revenus des biens qu'elles possédaient étaient concentrés dans les régions avoisinantes. Au moment de troubles, lorsque la sécurité des religieux n'était plus assurée dans les monastères, les refuges leur procuraient sécurité. 

 

Dans notre entité, deux refuges de ce type ont été développés: le refuge de l'abbaye de Cambron, de l'Ordre de Cîteaux et l'ancien refuge de l'abbaye de Vicoigne de l'Ordre des Prémontrés (Vicoigne: dépendance de la commune de Raismes en France (département du nord, arrondissement de Valenciennes, canton de Saint-Amand-les-Eaux). En septembre 1792, les moines, fuyant la révolution y trouvèrent refuge.

 

Liens utiles:

http://www.officedutourismechievres.be/otchievres/ 

https://www.facebook.com/pages/Office-du-Tourisme-de-la-Ville-de-Chi%C3%A8vres/534574143263762?fref=ts 

Refuge de l'abbaye de Vicoigne (Photo Emilie Nisolle)
Refuge de l'abbaye de Vicoigne (Photo Emilie Nisolle)

Refuge de l'abbaye de Vicoigne (similaire à celui de Cambron):

 

Ce bâtiment est daté de 1507 (XVIe siècle), les moines pouvaient s'y réfugier en cas de danger. L'abbaye fait partie de l'architecture civile traditionnelle. C'est une belle demeure en brique et calcaire. L'OTChièvres occupe actuellement ses bâtiments, elle a également été occupée par l'ancienne gendarmerie qui devient plus tard la poste. 

 

Son architecture se caractérise par une façade à deux niveaux, de cinq travées. Elle dispose d'un haut soubassement saillant en pierre de taille. Un cordon (= rang de pierre en saillie) larmier limite le rez-de-chaussée. Ses fenêtres originelles étaient autrefois à croisées. L'encadrement de pierre repiquée date du XIXe siècle. Les fenêtres à bâtières sont différentes et disposent chacune d'un linteau en mitre. 

 

Quelques éléments importants: le trou de boulin en calcaire. (1) un boulin est une pièce d'échafaudage en bois, horizontale, engagée dans la maçonnerie par une ouverture nommée trou de boulin. Le boulin porte le plancher de l'échafaudage. Le boulin se trouve souvent sous la corniche, la chaîne souligne la bâtière d'ardoises à pente raide, les pignons débordants, les bornes (= chasses roues - lorsqu'on entre avec le chariot, la borne repousse la roue et évite ainsi d'abîmer le mur).

 

La porte cochère est à piédroits (1) chaînés (2) et arc en plein cintre: 

(1)Partie du jambage d'une porte ou d'une fenêtre. Le mur vertical porte la naissance d'une voûte. 

(2) Formé de parties attachées bout à bout 

Auteur du site: Emilie Nisolle

Partagez le site

Articles récents

Actualités

Patrimoine militaire - Musée

Cliquez sur le lien

Patrimoine naturel

Cliquez sur le lien

L'entreprise Delbart centenaire

Cliquez sur le lien

Pages Facebook

 

 

 

 

Asbl Amis de la Ladrerie