Qui est Saint Jean-Baptiste?

Saint Jean-Baptiste - Photo de Emilie Nisolle
Saint Jean-Baptiste - Photo de Emilie Nisolle

 

Saint Jean-Baptiste est représenté debout, le regard dirigé vers le haut. Il est vêtu d’une peau de mouton. En effet, celui-ci menait une vie de solitaire dans le désert de Judée, au sud-ouest de Jérusalem. Il est représenté avec un peau de mouton à partir du Moyen-âge. Jean-Baptiste tient une croix fixée sur une longue hampe. On sait que ce personnage a annoncé la venue du Christ mais on sait que ce dernier devra mourir sur la croix. Il tient en main le futur instrument de supplice du Christ. Au Moyen-âge, ce type de croix était avant tout un symbole de victoire sur les champs de bataille et était fixée sur un étendard. Cette croix symbolise la future victoire, résurrection du Christ.

 

 

 

Saint Protecteur : vénéré pour lutter contre les calculs rénaux et les maladies comme l’épilepsie, les convulsions et les vertiges. Le Saint prêchait contre le mal. 

Introduction à la « Solennité de la Nativité de Saint Jean-Baptiste »

Porte de la chapelle Saint-Jean - Photo de Emilie Nisolle
Porte de la chapelle Saint-Jean - Photo de Emilie Nisolle

Nativité de Saint Jean-Baptiste :

 

Dans l’Eglise, on ne fête pas la naissance des saints, mais le jour de leur mort qui devient leur vraie naissance et qui, pour cela, est appelé le dies natalis. Pour un chrétien, mourir, c’est naître à la vie en Dieu, la vie éternelle.

 

Il n’y a que trois personnes pour lesquelles l’Eglise fête la naissance sur terre ; on parle alors de leur « nativité » :

- Jésus : « Solennité de la Nativité du Seigneur » - Noël – 25 décembre

- Marie, sa Mère : « Fête de la Nativité de la Vierge Marie » - 8 décembre

- Jean le Baptiste, le Précurseur : « Solennité de la Nativité de Saint Jean-Baptiste » - 24 juin

 

En fêtant ainsi leur naissance terrestre, l’Eglise veut souligner leur place exceptionnelle dans l’histoire du Salut :

- Jésus, que ses disciples vont reconnaître comme le Fils de Dieu et qui vient ouvrir une ère nouvelle

- Marie, grâce à qui le « Verbe s’est fait chair » (Evangile selon saint Jean)

- Jean le Baptiste, non seulement celui qui a annoncé la venue du Messie, mais celui qui va le désigner : « Voici l’Agneau de Dieu… » (Evangile selon saint Jean, 1), et dès lors se retirer pour laisser la place à Celui qu’il était venu annoncer : « Il faut que lui grandisse et que moi, je diminue » (Evangile selon saint Jean, 3)

 

La Solennité de la Nativité de Saint Jean-Baptiste a été fixée, dans le calendrier liturgique de l’Eglise catholique, au 24 juin.

Origine des feux de la Saint Jean

Jules BRETON, Les Feux de la Saint-Jean d'après Photogravure, 1, 45,5 x 78,6 cm, 1891.
Jules BRETON, Les Feux de la Saint-Jean d'après Photogravure, 1, 45,5 x 78,6 cm, 1891.

Pourquoi le 24 juin ?

 

Le 21 juin est généralement le jour du solstice d’été ; cette date connaît le jour le plus long de l’année et la nuit la plus courte.

Le solstice d’été était depuis l’Antiquité l’occasion d’allumer des feux qui avaient, disait-on, des pouvoirs purificateurs. Ainsi, nous trouvons des traces de cette coutume remontant à… 3000 ans, au moment où les Celtes célébraient déjà la lumière avec de grands feux allumés dans la nuit. Le grand écrivain et naturaliste latin Pline l’Ancien, né en 23 après J.-C., dans son immense ouvrage en 37 volumes intitulé L’Histoire naturelle, rapporte que les Romains eux aussi fêtaient le solstice d’été par de grands brasiers.

 

La civilisation judéo-chrétienne, dans la mise en place de son Rituel, s’est adaptée aux cultes païens en intégrant ses plus importantes fêtes fixes d’après le calendrier solaire.

Ainsi, ce n’est pas du tout un hasard si la naissance de Jésus de Nazareth est fêtée aux environs du solstice d’hiver (au moment où le jour est le plus court de l’année) et celle de Saint Jean-Baptiste, au solstice d’été. Saint Augustin, dans un sermon, précise : « A la naissance du Christ, le jour grandit, tandis qu’à la naissance du Précurseur (Saint Jean-Baptiste), dernier prophète, il diminue ».

 

Célébrer la naissance du Christ la nuit du 24 au 25 décembre n’est pas un mensonge, pas plus que celui de célébrer la naissance de Jean-Baptiste au solstice d’été ; simplement, il faut comprendre que l’on n’a pas voulu faire œuvre d’histoire mais que le Symbolique a pris le pas sur l’Historique…

 

On ne connaît pas la date historique exacte de la naissance du Christ ; l’Eglise, dans une démarche symbolique, a dès lors choisi celle qui correspond au moment où la durée des jours augmente : le « Soleil de Justice » terrasse la nuit de la mort et du mal…

 

« Il faut qu’il grandisse et que moi je diminue », dira Jean le Baptiste dans son ultime témoignage rapporté par saint Jean l’Evangéliste (Chapitre 3). C’est donc en toute logique symbolique également que l’on a choisi le solstice d’été pour fêter la « Noël d’été », la nativité de Jean le Précurseur…

Et c’est ainsi que de nos jours, on fête la « Saint Jean » de la Péninsule ibérique jusqu’en Lituanie, en passant par… Chièvres…

 

Merci à Monsieur le Doyen Patrick Willocq pour son aide au niveau de l'analyse textuelle et historique.

Un petit patrimoine : un plateau avec la tête de Saint Jean-Baptiste

Plateau de Saint Jean - Photo de Emilie Nisolle - Cliquez pour agrandir l'image
Plateau de Saint Jean - Photo de Emilie Nisolle - Cliquez pour agrandir l'image

La chapelle détient toujours un petit patrimoine, conservé en lieu sûr. Il s'agit d'un plateau de cuivre et d’agent, dont le milieu est orné de la tête de Saint-Jean en ivoire. Cet objet est sorti chaque année lors de la fête traditionnelle du Saint vénéré, plus particulièrement lors des vêpres Saint-Jean, célébrées le 24 juin.

 

Hérode Antipas, gouverneur de Judée, fera arrêter Jean-Baptiste en 27 ou 28 PCN. Ce dernier reprochait à Hérode d'avoir épousé Hérodias, femme de son demi-frère. La fille d'Hérodiade, Salomé, invitée à danser au cours de l'anniversaire du gouverneur le séduira par la danse. Il s'engagera par serment à lui donner tout ce qu'elle demanderait. Sans les conseils de sa mère, elle lui demanda la tête de Jean-Baptiste. Sa tête sera apportée sur un plat à la jeune fille, qui l'apportera à sa mère. Les disciples de Jean enseveliront le cadavre puis informeront Jésus.

 

D’après les récits, le mythe de Salomé semble être l'oeuvre des Pères et des Docteurs de l'Eglise qui mettaient en garde les croyants contre les effets pervers de la danse et de la séduction féminine. Salomé devaient, à leurs yeux, apparaître impudique et cruelle.

 

Programme des festivités de la Saint Jean

Programme général des festivités de la Saint Jean
Programme général des festivités de la S
Document Adobe Acrobat 205.2 KB
Pélerinage annuel de la Saint Jean
Pélerinage annuel de la Saint Jean.pdf
Document Adobe Acrobat 327.6 KB

Pêle-Mêle des festivités de la Saint Jean

Auteur du site: Emilie Nisolle

Partagez le site

Articles récents

Actualités

Patrimoine militaire - Musée

Cliquez sur le lien

Patrimoine naturel

Cliquez sur le lien

L'entreprise Delbart centenaire

Cliquez sur le lien

Pages Facebook

 

 

 

 

Asbl Amis de la Ladrerie