C

Gilles de Chin

Gilles de Chin - Collection privée - Gravure/reproduction de l'original présent à l'Hôtel de Ville de Mons
Gilles de Chin - Collection privée - Gravure/reproduction de l'original présent à l'Hôtel de Ville de Mons

Gilles de Chin est considéré comme étant un héro légendaire des contrées du Hainaut. Mais il est aussi personnage historique. Ses aventures ont été rapportées par un certain Gauthier de Tournai , entre 1230 et 1250.

 

L’origine de Gilles serait peut-être liée au village de « Chin », situé dans les environs de Tournai, jumelé avec celui de Ramegnies. Gilles de Chin, de Berlaymont, de Chièvres, de Sars et de Wasmes est cité, dans trois actes authentiques de 1123, à propos d'une donation faite à l'abbaye de Saint-Ghislain, par son père Gonthier et par lui-même de terres situées à Wasmes. Le chroniqueur hennuyer, Gislebert mentionne qu'il aurait été compagnon d'armes et l’un des conseillers du comte de Hainaut Baudouin IV, dit le Bâtisseur.

 

Durant sa vie, il participe aux croisades et à la guerre contre le Brabant. Selon la légende, en 1133, ce dernier vaincu le célèbre dragon de Wasmes. Il épousa Ida (ou Eva) de Chièvres, alors âgée de 14 ans. Le bonheur fut de courte durée puisque Gilles fut tué d’un coup de lance au siège du château de Roucourt, en Ostrevant, le 12 août 1137. Eva est alors veuve à 22 ans. Leur fille, Mathilde de Berlaimont, dite « Mahaut » (épouse Gilles de St-Aubert) ne participe pas à la succession des « Chièvres » mais à celle des Berlaymont. Gilles de Chin fut inhumé dans le cloître de l'abbaye de Saint-Ghislain. Son mausolée (avec gisant) a été transféré à Mons, à la fin du XVIIIème siècle, et placé dans l'ancienne chapelle castrale Saint-Calixte où il n'est actuellement plus visible.

 

Sources :

M. VAN HAUDENARD, Histoire de la ville de Chièvres, Bruxelles, 1ère éd., 1923. http://www.doudou.be/pedagogie/saints-fondateurs/heros-sauroctones/gilles2chin1.htm

 

Légende de Gilles de Chin, propagée par les moins de l’abbaye de Saint-Ghislain :

 

Cette légende serait apparue au XVIème siècle, propagée par les moins de l’abbaye de Saint-Ghislain. Selon les récits de Gauthier de Tournai : Durant sa jeunesse, Gilles de Chin participe à différents tournois. Il y fait la connaissance de la comtesse de Duras, alors mariée. Ils tombent épris l’un de l’autre, mais cet amour ne peut en aucun cas être rendu public. Pour oublier ce sentiment fort, Gilles part à la croisade, à Jérusalem. Il oublie un peu son amie. Pourtant durant certaines nuits, dit-on, le Christ lui apparaît en songe, lui rappelle sa passion et l'invite à prendre la croix. Gilles part alors au combat, affronte un géant redoutable, lutte contre des brigands, s'aventure jusqu'en Egypte, est attaqué par un lion mais tue celui-ci puis est mis en présence d'un serpent ou d'un crocodile qu'il parvient également à terrasser. Ses exploits parviennent aux oreilles de la reine de Jérusalem qui lui fait des avances amoureuses. Gilles ne cède pas et rentre en Hainaut avec l'espoir de revoir sa dulcinée. Hélas, celle-ci est passée de vie à trépas ! Que faire sinon, pour atténuer sa peine de coeur, accomplir de nouvelles prouesses guerres et tournois.

 

Sources :

http://www.doudou.be/pedagogie/saints-fondateurs/heros-sauroctones/gilles2chin1.htm.

 

Dans le cadre de l’organisation de « Mons 2015, Capitale de la Culture », un reportage a été réalisé par l’émission télévisée « C’est du Belge » sur Gilles de Chin, souvent associé à la légende de « Saint-George tuant le Dragon »: http://www.rtbf.be/video/detail_c-est-du-belge-mons-et-le-dragon?id=1986889

Auteur du site: Emilie Nisolle

Partagez le site

Articles récents

Actualités

Patrimoine militaire - Musée

Cliquez sur le lien

Patrimoine naturel

Cliquez sur le lien

L'entreprise Delbart centenaire

Cliquez sur le lien

Pages Facebook

 

 

 

 

Asbl Amis de la Ladrerie